Yarn bombing : le maire dit niet !

Le Yarn Bombing à Vallauris

À Vallauris, à peine deux jours après la première apparition de tricots, yarn bombing, autour d’un jeune platane, la mairie a envoyé la police municipale, pour sommer les installatrices de retirer leur décoration.

Cette installation avait été faite dans le cadre d’un projet global d’animation de quartier.

Les forces vives se sont regroupées pour proposer d’animer ce quartier dans lequel artistes, artisans, associations, commerces recommencent à s’implanter après de nombreuses années de morosité avait permis à de nombreux habitants de (re)découvrir les lieux sous un autre jour.

Au lieu de soutenir ces initiatives, madame le maire les entrave. Allant jusqu’à exiger des tracasseries administratives illégitimes pour « autoriser », l’ouverture des ateliers/galeries en nocturne, là ou le plus légalement du monde, le règlement municipal autorise une ouverture jusqu’à minuit et demi sans autorisation.

Qu’est-ce que le yarn bombing ?

Le yarn bombing ou tricot-graffiti ou encore tricot urbain ou tricotag (appelé aussi knit graffiti, knitted graffiti ou yarnstorm en anglais) est une forme d’art urbain ou de graffiti qui utilise le tricot, le crochet, ou d’autres techniques (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….) utilisant du fil.

Par essence, le yarn bombing est une forme d’art urbain intergénérationnel, non délétère pour la nature, non polluant. De nombreuses communes, en France et dans le monde, ont fait le choix de soutenir les initiatives de yard bombing, quand elles n’ont pas, elles-mêmes été à l’origine de certains projets : Angers, Muhouse, Evry, Paris …

Le Yarn Bombing c’est aussi le moyen de recycler et de redonner une nouvelle vie aux vieilles pelotes de laines qui trainent dans les greniers.

 

Avant, après intervention du maire, pklus de yarn bombing à Vallauris
Après l’intervention de la maire, les installatrices ont retiré leur création.

On peut légitimement se questionner :

  • quelle politique associative pour cette ville ?
  • quelle politique commerciale ?
  • quelle politique artistique ?

Quant à envoyer la police municipale  on peut se demander si elle ne serait pas plus utile sur d’autres actions que de surveiller si des citoyens passent dans le calme d’une boutique à l’autre !

Quelques exemples de villes ou le yard bombing est le bienvenu :