Je ne suis pas un écolobio

écolobio ?

Malgré une certaine conscience, voire une conscience certaine des enjeux liés à l’environnement, on ne peut pas dire que je sois un « écolobio »[1]. Je n’ai jamais milité dans une quelconque association écologique, je consomme des produits bio … ou pas, selon ce que j’ai sous la main. Je trie mes déchets mais je n’ai pas de composteur. Je préfère les énergie renouvelables au nucléaire mais je pense que le nucléaire est moins risqué que les énergies fossiles. Je n’ai pas une vision catastrophiste de l’état de la planète même si je sais que le réchauffement climatique est en cours et qu’il apporte des bouleversements.

Alors pourquoi faire partie d’un groupe écolobio ?

En fait cette affirmation est fausse, c’est une étiquette qui a été collée pour tenter d’affaiblir le groupe auquel j’appartiens. C’est, ce qu’on appelle en rhétorique un homme de paille, c’est à dire présenter la position de son adversaire de manière volontairement erronée. La maire de la ville fait un emploi immodéré de ce type de sophismes, mais ce n’est pas la seule (lire : Michelle S, ou les Malheurs du Sophisme)

Le groupe auquel j’appartiens n’est pas écolobio. Je fais partie d’un rassemblement citoyen d’intérêt communal. Derrière ces mots il y a une volonté de travailler ensemble à l’amélioration de la vie dans la commune où nous vivons, il n’y a certainement pas d’idéologie partisane.

Qu’y a-t-il d’écolobio dans notre action ?

Lorsque nous diffusons les conseils municipaux sur les réseaux sociaux, nous défendons la transparence et le droit de chacun à prendre connaissance des débats publics.

Lorsque nous nous battons pour maintenir une cantine locale dans les écoles, nous défendons la qualité de l’alimentation pour les enfants.

Lorsque nous proposons que le budget municipal soit tourné vers l’activité plutôt que vers la réfection des chaussées, nous défendons le tissus économique local.

Lorsque nous dénonçons la subjectivité dans l’attribution des primes aux mérites pour les personnels municipaux, nous défendons l’équité face à l’arbitraire.

Lorsque nous créons un parcours interactif culturel dans la commune, nous défendons notre patrimoine et promouvons l’image artistique de la commune.

Lorsque nous nous dénonçons les emprunts toxiques, nous défendons notre capacité d’investissement dans l’avenir.

Je pourrais citer encore bon nombre d’actions de notre groupe qui ne sont empruntes que d’une seule idéologie : le bien commun.

Certains essayent de nous cantonner dans le rôle qu’ils aimeraient bien nous voir jouer, celui de militants écolobio. Hors, derrière cette appellation il y a une volonté de réduire notre action à quelque chose de « pas sérieux ». C’est probablement parce que tout le monde se rend compte que notre action est bien plus globale et par là même, bien plus dangereuse pour ceux qui cherchent à obtenir ou conserver une place dans le paysage politique local.

Non, je ne suis pas éclobio, je ne l’ai jamais été et ne le serai probablement jamais.

  1. [1]J’emploie ce terme tel qu’il est utilisé par les personnes qui voudraient nous cantonner dans une case

Allonger le temps … sans Einstein

Quand j’aborde la question de mes activités associatives,de  bricolage, administratives … une question revient souvent : « Comment fais-tu pour trouver le temps de faire tout ça ? »

J’ai bien quelques explications à fournir :

  • dilater de manière relativiste du temps ;
  • utiliser une machine à explorer le temps afin de rejouer certaines heures de la journée ;
  • être dans le film une journée sans fin ;
  • avoir volé le collier retourneur de temps d’Hermione Granger ;

Mais après avoir passé tout ça au rasoir d’Ockham, il ne reste pas grand chose de vraiment plausible.

Pourtant, la journée dure toujours 86 400 secondes. Et dans chacune de ces 86 400 secondes il est assez difficile de faire tenir beaucoup d’activités.

Alors certes, se lever tôt et se coucher tard, sont des facteurs qui accroissent la durée effective « occupable » d’une journée. Cependant ce n’est pas toujours suffisant.

Comme disait Gérard Majax en son temps « Y a un truc[1] » ; et se truc n’est ni magique, ni scientifique.

Ne vous attendez pas à la révélation du siècle, il s’agit simplement de faire des choix.

Comment j’ai procédé pour allonger mes journés :

Avant de me rendre compte que les faits-divers, l’acharnement médiatique et autres sujets d’actualité ne m’intéressaient absolument pas je regardais au moins deux fois le journal télé (midi et soir). -> gain 1h15 par jour. Je reviendrai dans un autre billet sur mon désintérêt pour l’actualité.

J’avais aussi la prétention de croire que j’étais vachement cultivé en regardant des candidats mal ou bien répondre dans des jeux de culture générale -> gain 45 minutes par jour

Et puis bon, le soir un bon documentaire ou un petit film sympa à sélectionner parmi un choix limité, donc en réalité pas du tout ce qui me plait le plus, mais plutôt ce qui me déplait le moins -> gain 1h45 par jour

Voilà pour le choix personnel 3 à 4 heures gagnées par jour en n’allumant tout simplement pas la télé.

Bon il faut avouer qu’il y a eu des gains qui n’étaient pas de mon propre chef. Avec le temps, il n’est plus devenu nécessaire d’accompagner les enfant à leurs diverses activités, c’est toujours quelques heures de gagnées par semaine.

Il y a encore tout un tas de choses que je juge inutiles et que je ne fais pas : laver la voiture, repasser mes caleçons, jouer à Candy Crush sur mon téléphone, …

Bien sûr les réseaux sociaux sont venus reprendre de la place et du temps, mais de cela j’ai déjà parlé. Et ce problème là semble être en passe d’être réglé pour un bon moment.

Alors, avec tout ce temps gagné – plus d’un quart d’une journée éveillée tout de même – il est devenu plus simple de :

  • participer à des réunions ;
  • organiser des évènements et des activités ;
  • passer du temps avec mes proches ;
  • lire ;
  • penser ;
  • donner des coups de mains ;
  • bricoler ;
  • passer du temps avec les amis ;
  • me détendre ;
  • … en fait la liste est très longue des choses que j’ai pu faire avec du temps gagné sur les futilités, vous savez c’est l’histoire du bocal rempli d’abord de gros cailloux, puis de gravier, puis de sable et enfin arrosé d’une bonne bière.

Bien entendu ce n’est pas une leçon de morale que je viens de vous donner, ni même très intéressant. Il s’agit simplement d’un « retour d’expérience personnelle », qui ne vaut que pour mon cas ; mais au moins ceux qui me posent cette question du temps libre ont-il une réponse.

Si je devais synthétiser, je dirais qu’employer son temps est principalement une question de choix personnels. Alors, à la remarque « je n’ai pas de temps pour faire ceci ou cela » je réponds souvent ; « bien sûr que tu as du temps … mais tu ne le sais pas »

  1. [1]1975 : Y’a un truc, avec Armand Jammot, édition Nathan